La vidange de l'étang de la cotille

L'étang a été pêché le samedi 29 octobre mais certains étaient au travail depuis longtemps déjà puisque début octobre nous avons construit une pêcherie à l'aval de la bonde pour être en conformité avec les préconisations de l' ONEMA et éviter de polluer le Vizézy lors des vidanges de l'étang.

on dirait des spéléos

un coffrage sérieux pour un travail solide

La semaine précédant la pêche nous avons commencé à abaisser le nivau de l'eau lentement ce qui à donné l'occasion aux gardes bénévoles de monter plusieurs gardes de nuit pour dissuader d'éventuels braconniers.

Le jour J, c'est une vingtaine de personnes qui participent à la pêche, l'occasion de remercier les bénévoles de l'AAPPMA, les représentants de la fédération départementale ainsi que les amis des Pêcheurs du Lignon venus nous prêter main forte.

Dés que le niveau d'eau commence à baisser, on se doute que l'étang est bien peuplé car les poissons grouillent dans la poelle (il ne s'agir pas de les faire cuire mais de la partie d'un étang plus profonde située devant la bonde de vidange et dans laquelle les poissons se massent avant d'être récupérés à l'aide d'un filet).

Une mauvaise surprise de taille nous attend lorque nous rentrons dans l'eau: l'étang n'a pas été vidé depuis 1998 et il s'est considérablement envasé, nous nous enfonâons dans la boue jusqu'à la taille ce qui rend très délicate la traction du filet et la récupération des poissons. Si les plus gros , carpes brèmes et carassins son assez faciles à récupérer, les petits ont tendance a glisser sous les filet et à rester dans la vase, nous en perdons beaucoup malgré nos efforts pour en récupérer le maximum.

Comme on pouvait s'en douter des petits plaisantins se sont amusés à introduire des silures dans le plan d'eau, si c'est une blague elle n'est pas drôle car s'ils se sont certainement attaqués aux poissons chats dont la population a fortement régressé depuis deux ans, ils ont grandi et les matous sont devenus de bien piètres bouchées pour ces gloutons et ce sont les tanches qui ont fait les frais de leur apétit car nous en avons très peu récupéré. Rappelons que le silure se nourrit pricipalement sur le fond et que la taille de ses proies est proportionnelle à sont poids, ce magnifique poisson de sport a toute sa place dans les fleuves ou il a trouvé sa place dans la chaine alimentaire, par contre lorsqu'il est introduit dans des plans d'eau de taille modeste, il peut devenir un véritable fléau pour les poissons de fond.

une grande bouche

un peu plus d'un mètre cinquante pour pas loin de trente kilos

La pêche sera rapidement effectuée par un proffessionnel aidé d'un technicien de la Fédération départementale et c'est au total un peu plus de deux tonnes de poissons qui seront récupérés triés et répartis dans les différentes cuves du camion. Quand à leur destination: les brochets dont le plus gros mesurait un mètre dix pour une dizaine de kilos ont été relachés dans l'étang Claret, de même que bon nombre de perches et cent cinquante kilos de poissons blancs.Pour le reste, les poissons ont été relâchés aux étangs fédéraux des Colons et Murat. Bon nombre de carassins ont été déversés en Loire.

Après avoir lavé le matériel et les pêcheurs nous terminons la journée dans la bonne humeur autour d'un sublime pot au feu mitonné par Paule et ses aides cuisinières.

sales et fatigués mais contents

Et en bonus une jolie vidéo réalisé par Marie Solveig


la cotille par msmont4273

retour à l'accueil
copyright la Gaule Montbrisonnaise all rights reserved